Un peu d’histoire sur le bilinguisme à Brumath

L’efficacité d’un enseignement bilingue et la cohérence des apprentissages sont aussi conditionnées par la définition d’un projet d’école et la concertation entre les maîtres concernés.

1995 : Première tentative

Depuis 1995, un projet de site bilingue, initié par l’Inspection de l’Éducation Nationale, a animé de nombreux débats.

Plébiscité par l’APEPA, critiqué par la FCPE, ce projet n’a pas recueilli à l’époque l’approbation de l’ensemble des partenaires de la communauté éducative, des parents et des responsables de la Commission scolaire de la ville de Brumath. En effet, le maître-mot de la cohérence indispensable à l’efficacité de tout site bilingue, n’était pas suffisamment au cœur des réflexions, et par ailleurs les infrastructures nécessaires n’étaient pas en place.

Le projet devra attendre 1998 pour refaire surface.

1998 : le vrai départ

En novembre1998, des parents fortement motivés se sont organisés en un « collectif pour le bilinguisme à Brumath », pour entreprendre des démarches qui ont « permis de cristalliser et de fédérer la demande parentale en faveur de l’ouverture d’un site bilingue français-allemand dès la classe maternelle ».

Selon les propos de ce collectif, plus d’une cinquantaine de familles se seraient alors manifestées pour ce projet, notamment les parents des enfants nés en 1995 et 1996. Pour le Conseil Local de la FCPE, ces parents auraient été plus que largement sollicités et encouragés, pour être suffisamment nombreux afin de justifier la demande d’ouverture à l’Inspecteur de la circonscription, qui pouvait à nouveau espérer mettre en place le projet qui avait capoté de 1995.

En février 1999, la municipalité a en partie répondu favorablement à la demande du Collectif en s’engageant pour une ouverture du site en septembre 2000. Monsieur le Député-Maire l’affirmait alors, « l’Inspection Académique a d’ores et déjà pris acte de cet engagement en programmant un poste d’enseignant en allemand pour la rentrée 2000 à Brumath ».

Monsieur l’Inspecteur de la circonscription souhaitait également qu’à terme, chaque année une nouvelle section puisse offre 30 places bilingues. Ce chiffre permettant d’une part de préserver l’égalité des effectifs par classe entre les voies bilingues et monolingues, et d’autre part, de garantir un effectif conséquent par classe bilingue jusqu’à la fin du CM2, sachant qu’un certain nombre d’enfants quittent en cours ce cursus pour des raisons de difficultés scolaires, ou des parents à les soutenir.

Une réunion à la Mairie, avec toutes les parties prenantes (Education Nationale, municipalité, associations de parents d’élèves et bien entendu les parents intéressés), a permis de poser clairement les problèmes (sans toutefois toujours obtenir les réponses…). M. Vincent, Inspecteur de la circonscription, a bien précisé aux parents qui souhaitaient inscrire leur enfant en classe bilingue qu’ils prenaient un engagement ferme : pas question de retour en classe monolingue sur simple décision parentale ! Par ailleurs, le site ne s’ouvrirait que s’il y avait au moins 25 élèves inscrits.

Ce quorum ayant été atteint, décision est prise d’ouvrir le site, pour la rentrée 2000.