Les rythmes scolaires Quelques remarques émanant du conseil local de la FCPE Brumath

Remarque préliminaire : Nous avons le sentiment que le débat doit se faire dans l’urgence (nous en avons été informés autour du 19 octobre et les retours doivent être faits moins d’un mois après alors qu’il y a 10 jours de vacance scolaires en plein milieu !). Pourquoi tant de précipitation ?

Concernant les questions posées et les pistes de réflexion proposées (sous forme de mots-clés) : les questions et surtout les réponses nous paraissent très orientées. Ce débat ne semble pas si ouvert au bout du compte puisque certaines pistes ne sont plus jamais évoquées comme, par exemple, le retour du samedi matin et des 26h de classe pour les enfants.

Force est pourtant de constater qu’avant la suppression du samedi matin, les rythmes scolaires ne semblaient pas poser tant de problèmes ! De manière générale, les parents du conseil local de Brumath regrettent la suppression du samedi matin : les enfants ne rechignaient pas à aller en classe ce matin là, ils étaient moins fatigués qu’actuellement, surtout en ce qui concerne les enfants qui remplissent encore plus leurs 4 journées de classe avec de l’aide individualisée.

Les journées sont effectivement longues et chargées pour beaucoup d’enfants car les programmes scolaires sont restés aussi denses qu’avant (encore heureux d’une certaine façon, nous ne voulons pas non plus d’une école au rabais sous prétexte de faire des économies de postes d’enseignants) et les heures de classe se sont réduites. On nous propose (ou suggère très fortement) de faire travailler les écoliers le mercredi matin : les parents du conseil local de Brumath ne le veulent pas. Nous sommes contre les « mercredis travaillés » pour nos enfants car nous avons tous le
sentiment qu’ils ont besoin d’une vraie coupure, en milieu de semaine.

Les deux jours de pause du week-end ne nous paraissent pas aussi indispensables et nous tenons à redire, au risque de nous répéter, que l’ouverture des écoles le samedi matin permettait de mieux répartir la semaine des enfants (26 h de classe pour tous et non des heures sup’ pour les enfants qui rencontrent des difficultés… puisqu’avant, les enfants étaient pris en charge en semaine par le
RASED) et nous donnait également la possibilité de rencontrer les enseignants et de participer à la vie de l’école.

Voilà, nous ne souhaitons pas prendre davantage part à ce « débat »… qui ne manque pas de rappeler à certains d’entre nous la « grande consultation sur l’école », menée en 2003 et dont nous attendons encore maintenant les retours sur les idées fortes qui avaient du s’en dégager !

Le Conseil Local de la FCPE Brumath

(Pour connaître l’avis de la FCPE67, consultez le document joint à l’article.)